L'Institut Redouté-Peiffer, école citoyenne

 

La citoyenneté c’est le vivre ensemble (1er axe).  C’est apprendre la loi et la respecter.  A l’école, pour vivre la citoyenneté, il faut d’abord travailler le rapport aux règles, l’acceptation de celles-ci et leur compréhension.

Les règles ne sont pas immuables.  Elles évoluent et doivent être adaptées.

Dans les écoles citoyennes les règles de vie sont directement construites avec les élèves afin qu’ils intègrent au mieux le sens de celles-ci.  Le contrat social sur lequel s’appuie la citoyenneté se tourne vers la parole et non la force mais pour éviter que celle-ci ne soit du côté de celui qui maîtrise le mieux les mots, la citoyenneté se tourne aussi vers le « bien commun » (2ème axe).

La recherche du bien commun implique forcément un dialogue, une ouverture d’esprit, un « penser collectif ».  C’est là l’objectif principal de l’éducation à la citoyenneté.  Il faudra dès lors faire appel à nos outils démocratiques pour mettre en place des idées de chacun (vote, représentation, …) et arriver à dépasser nos intérêts individuels.

Chaque matière dispensée est un outil d’ouverture à la citoyenneté.  Le français permettra d’acquérir une parole claire et précise, les maths, de penser de manière plus cartésienne et de construire de façon plus logique, l’éduction physique apportera l’équilibre corps/esprit.

Le rôle de l’école est colossal... Un bel exemple d’ouverture à la société …

Dans l’optique de la citoyenneté  et du concept de « démocratie », les écoles citoyennes organisent un conseil de citoyenneté constitué d’élèves, formés et élus officiellement, de professeurs et d’un animateur. 

Cela demande un réel investissement.  Sont traités des problèmes au quotidien.  On réfléchit ensemble à des solutions, on accueille les nouveaux élèves, on met en place des projets avec l’extérieur, …. 

Le 3ème axe de la citoyenneté est le principe d’équité.  Cela implique d’intégrer le fait que les droits de chacun divergent en fonction de son rôle.  Ce principe veille à ce que les droits de chacun soient respectés, à ce que chaque incivilité soit sanctionnée et évite les sanctions collectives.